Browse By

190 E 2.3 16 – 1986

Présentée à 40 000 euros chez Eleven Cars.

Pourquoi on la désire ? 
Tout simplement parce qu’il s’agit d’un mythe automobile avec 51000 km au compteur.

Le modèle :
Le premier objectif de Mercedes, à l’origine de la conception de la 190 E 2.3-16, est l’homologation du nouveau modèle dans le fameux championnat allemand de supertourisme : le DTM (Deutsche Tourenwagen Masters). Pour ce qui est du fond et de la forme, les ingénieurs n’y sont pas allés à la légère. Comparativement au reste de la gamme 190, la « 16s » fait figure de provocatrice. Sorte de Classe E en réduction, la Mercedes 190 (code usine W201) ressemble à une caricature de ce qui a fait le style « germanique », à savoir des lignes carrées, massives et rassurantes mais sans charme particulier et une présentation terriblement sobre. La 2.3-16 jette alors un pavé dans la marre et certains clients Mercedes n’auront sans doute pas tord de trouver presque « vulgaire » une telle robe.
En ce qui concerne le moteur, Mercedes n’a pas fait appel aux techniques habituelles d’augmentation de la cylindrée et du couple, mais utilisa le spécialiste anglais Cosworth pour ses applications sur les moteurs 4 cylindres 16 soupapes. Le bloc fonte est emprunté à la E230 avec une culasse 16 soupapes en aluminium inédite de type Crossflow. Le moteur développe au final 185 cv à 6200 t/min avec un couple de 24 m/kg à 4500 t/min.
La boite Getrag à 5 rapports inversée est retenue. Les performances de l’auto étaient un 0 à 100 en 7″8, le 1000 m DA en 28″8 et une vitesse maxi de 230 km/h.

Pour en savoir plus, voir ce qu’en pense l’excellent Boitier rouge.

Cet exemplaire :
L’auto présentée a été livrée neuve en Allemagne. Elle a ensuite rejoint une collection au Japon avant d’être ré-importée en Europe auprès de son propriétaire actuel. L’auto dispose d’un épais dossier de factures d’entretien attestant de l’évolution de son kilométrage et de son suivi régulier. Le dernier gros entretien a été effectué en octobre 2015.
L’auto est en parfait état de présentation. La peinture est propre et bien tendue, elle est quasiment intégralement en peinture d’origine. Les alignements sont excellents. A l’intérieur les cuirs sont en parfait état sans accrocs ni usure.
L’auto a un fonctionnement impeccable. Le moteur prend bien ses tours, on ne note aucun bruit parasite. L’auto est passée au banc de puissance chez un illustre motoriste et développe 184,7 cv, soit sa puissance d’origine.

Le marchand :
Eleven cars.
Valeur montante sur la place parisienne, cette enseigne tenue par trois associés est essentiellement connue pour la qualité de ses autos de course et de prestige pré 1980.
Quelques perles sortent parfois du lot. C’est le cas aujourd’hui !

Synthèse :
Le prix est vraiment dans le haut de la fourchette de ce modèle, mais il n’y a pas d’équivalent sur le marché.
Réputées indestructibles, ces autos étaient généralement acquises par des gros rouleurs, et peu d’exemplaires ont survécu en étant choyés.
Avec une petite négociation, à moins de 40 000 euros, il s’agit d’un graal pour tous les trentenaires et quarantenaires qui ont envie d’une auto autrement plus sulfureuse qu’une Porsche de la même époque.

L’annonce

Disponible ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *